PRALUENT solution injectable est le premier médicament hypolipémiant formulé à partir d’alirocumab, un anticorps monoclonal appartenant à la classe des inhibiteurs de PCSK9 (proprotéine convertase subtilisine/kexine type 9).

PRALUENT est indiqué chez l’adulte dans la prise en charge de l'hypercholestérolémie primaire (hétérozygote familiale et non familiale) ou de la dyslipidémie mixte, en complément d'un régime alimentaire.
Son effet sur la morbidité et la mortalité cardiovasculaires n'a pas encore été déterminée (étude en cours). 

Sur la base des données disponibles lors de son évaluation (avis du 22 mars 2017), la Commission de la transparence considère que le service médical rendu (SMR) par PRALUENT est important et l'amélioration du SMR mineure (ASMR IV) dans l'indication "en association à un traitement hypolipémiant optimisé, chez les patients adultes ayant une hypercholestérolémie familiale hétérozygote, insuffisamment contrôlée et nécessitant un traitement par LDL-aphérèse.

Dans cette indication, PRALUENT est remboursable à 65 % et agréé aux collectivités.

PRALUENT est une solution injectable administrée par voie sous-cutanée. Il se présente en stylo prérempli, à 75 mg ou 150 mg d’alirocumab.
La dose initiale habituelle de PRALUENT est de 75 mg 1 fois toutes les 2 semaines
L’auto-injection par le patient est possible après une formation par un professionnel de santé. 
Les sites d’injection doivent être alternés. 

PRALUENT est un médicament d’exception ; sa prescription initiale annuelle est réservée aux spécialistes en cardiologie, en endocrinologie, diabète et maladies métaboliques ou en médecine interne. Le renouvellement n’est pas restreint.


Son prix de vente au public (hors honoraire de dispensation) s'élève à 588,23 euros (2 stylos préremplis de 1 ml à 75 mg/ml ou à 150 mg/ml).

Nouveau médicament hypolipémiant dans l'hypercholestéolémie primaire ou la dyslipidémie mixte
PRALUENT solution injectable
est un nouveau médicament hypolipémiant, sous forme injectable (sous-cutanée). 

Il a reçu une autorisation de mise sur le marché (AMM) européenne dans l'indication chez l'adulte présentant une hypercholestérolémie primaire (hétérozygote familiale et non familiale) ou une dyslipidémie mixte, en complément d'un régime alimentaire :

L'effet de PRALUENT sur la morbidité et la mortalité cardiovasculaires n'a pas encore été déterminé (étude ODYSSEY OUTCOMES en cours).

Deux présentations sont proposées : 
 
PRALUENT fait l'objet d'une surveillance supplémentaire qui permettra l'identification rapide de nouvelles informations relatives à la sécurité. Les professionnels de santé déclarent tout effet indésirable suspecté


Nouveau principe actif : un anticorps monoclonal pour réduire le taux de LDL
Le principe actif de PRALUENT est l'alirocumab
Il s'agit d'une immunoglobuline monoclonale humaine de type IgG1 qui agit en se liant à la proprotéine convertase subtilisine/kexine type 9 (PCSK9) humaine.
L'alirocumab empêche la liaison de cette enzyme circulante aux récepteurs LDL (RLDL) présents à la surface de la cellule hépatique et évite ainsi leur dégradation.
L'augmentation du nombre de RLDL hépatiques se traduit par une réduction associée des LDL-c sériques


Un premier avis de la Commission de la transparence défavorable au remboursement en 2016
Le laboratoire Sanofi avait déposé une première demade de remboursement de PRALUENT en 2016 auprès de la Commission de la transparence (avis du 20 avril 2016) qui a estimé que, sur la base des données présentées (5 études versus placebo, 2 études versus ézétimibe, menées dans le cadre de l'indication d'AMM), le service médical rendu (SMR) par PRALUENT était insuffisant et l'ASMR absente (ASMR V) dans les indications suivantes :
ESCAPE, une nouvelle étude chez des patients souffrant d'HFHe traités par LDL-aphérèse 
A l'appui de sa nouvelle demande de remboursement en 2017, le laboratoire sanofi a fourni une nouvelle étude, ESCAPE, randomisée en double-aveugle versus placebo dont l'objectif était de démontrer la supériorité de l'alirocumab en termes de fréquence des séances de LDL-aphérèse après 12 semaines de traitement chez 62 patients avec HFHe éligibles à la LDL-aphérèse

Selon les résultats de cette étude :
Dans son avis du 22 mars 2017, la Commission de la transparence (CT) estime que "le critère de jugement principal utilisé dans cette étude a un certain intérêt clinique (en termes de perception par le patient, i.e. séances de LDL-aphérèse évitées par rapport aux séances prévues".
Cependant la transposabilité des résultats à la pratique quotidienne lui a paru limitée (décision d'effectuer ou non une séance selon les centres, modalités/fréquence de réalisation utilisés dans le protocole de l'étude, décision de réaliser une séance de LDL-aphérèse faite à partir du pourcentage de baisse du LDL-c et non sur le niveau de LDL-c).


En termes de tolérance, les effets indésirables les plus fréquents ont été des réactions locales au site d'injection, des symptômes des voies aériennes supérieures (douleurs oropharyngées, rhinorrhées, éternuements), un prurit et le développement d'anticorps anti-alirocumab sans effet neutralisant.

Selon le plan de gestion des risques de PRALUENT, les risques importants identifiés et suivis sont l'immunogénicité et les réactions systémiques d'hypersensibilité.  


SMR important et ASMR IV dans l'HFHe non contrôlée nécessitant des LDL-aphérèses
Sur la base des données disponibles lors de cette évaluation, la CT considère que PRALUENT apporte un service médicale rendu (SMR) important une amélioration du service médical rendu mineure (ASMR IV)
 dans l'indication en association à un traitement hypolipémiant optimisé, chez les patients adultes ayant une hypercholestérolémie familiale hétérozygote, insuffisamment contrôlée et nécessitant un traitement par LDL-aphérèse.

Elle souligne "l'absence de démonstration d'un effet de l'alirocumab sur la morbi-mortalité (étude en cours)" et "les incertitudes en termes de tolérance, notamment du fait de la durée courte des études (maximum 78 semaines), qui ne permettent pas d'apprécier l'effet même à moyen terme de ce médicament".

PRALUENT en pratique : 1 injection sous-cutanée bi-hebdomadaire ou mensuelle 
Avant de débuter le traitement par PRALUENT, toute cause secondaire d'hypercholestérolémie ou de dyslipidémie mixte doit être éliminée (par ex. syndrome néphrotique, hypothyroïdie).

La dose initiale habituelle de PRALUENT est de 75 mg administrée par voie sous-cutanée 1 fois toutes les 2 semaines
Si une diminution plus importante du taux de LDL-C est nécessaire (> 60 %), la dose initiale peut être de :

- 150 mg 1 fois toutes les 2 semaines ;
- ou 300 mg 1 fois toutes les 4 semaines (mensuellement). Dans ce cas, il faut effectuer 2 injections sous-cutanées consécutives de PRALUENT 150 mg sur 2 sites d'injection différents. 
  En cours de traitement, un ajustement individuel peut être nécessaire en fonction des caractéristiques du patient telles que :
- son taux de LDL-C avant traitement, 
- son objectif thérapeutique,
- sa réponse au traitement. 
Les paramètres lipidiques peuvent être évalués 4 à 8 semaines après l'instauration ou l'ajustement posologique du traitement.
Selon les résultats, un nouvel ajustement peut être nécessaire (augmentation ou diminution de la dose). 

  PRALUENT est administré par voie sous-cutanée dans la cuisse, l'abdomen ou le haut du bras. 
Les sites d'injection doivent être alternés à chaque injection.
L'auto-injection, par le patient lui-même, peut être envisagée après que celui-ci ait reçu une formation adéquate par un professionnel de santé. 

Les stylos préremplis sont à usage unique
Le stylo prérempli dispose d'un bouton d'activation, vert clair pour le dosage à 75 mg et gris foncé pour le dosage à 150 mg.
A l'autre extrémité, l'aiguille est protégée à l'intérieur d'un embout jaune, recouvert d'un capuchon bleu. 
Une fenêtre permet de visualiser la solution injectable

Avant l'injection, PRALUENT doit être amené à température ambiante, pendant 30 à 40 minutes. 
Une fois l'injection terminée, la fenêtre devient entièrement jaune.

PRALUENT est à conserver au réfrigérateur entre 2 et 8 °C, dans l'emballage d'origine à l'abri de la lumière.
Il est possible de conserver PRALUENT en dehors du réfrigérateur à une température ne dépassant pas 25 °C et à l'abri de la lumière jusqu'à 30 jours maximum en une seule période. Une fois sorti du réfrigérateur, le médicament doit être utilisé dans les 30 jours ou éliminé.

Identité administrative

Pour aller plus loin
Avis de la Commission de la transparence - PRALUENT (HAS, 22 mars 2017)
Moriarty PM et al. Alirocumab in patients with heterozygous familial hypercholesterolaemia undergoing lipoprotein apheresis: the ODYSSEY ESCAPE trial. Eur Heart J 2016;37(48):3588-95.